10 conseils pour réussir son entretien d’embauche

Un entretien d’embauche demande un minimum de préparation!

L’entretien d’embauche est le moment capital d’un recrutement qui permet, que ce soit verbalement ou non-verbalement, de se faire une opinion sur un candidat. Trop souvent, j’ai pu constater une mauvaise présentation d’un demandeur d’emploi, des certitudes sur des comportements à adopter, quand ce ne sont pas nettement des mauvais conseils qui sont prodigués.

Je vous propose ici des conseils qui ont fait leurs preuves, et qui ont permis à des demandeurs d’emplois, certains de longue durée, à faire une excellente impression durant leur entretien, et pour beaucoup de retrouver un emploi.

,

1- Avant de réussir un entretien, encore faut-il le décrocher!

 

C’est déjà le premier problème de beaucoup de demandeurs d’emplois: réussir à décrocher ce fameux entretien! Mais pour certains, c’est une sorte de formalité, qui consiste à se présenter dans l’entreprise, de déposer un CV avant d’attendre devant le téléphone ce fameux appel salvateur. Quand il ne s’agit pas tout simplement de demander par mail ou par téléphone si un poste est disponible! Bien évidemment, cette méthode apporte peu de résultats.

Tout d’abord, présentez vous à votre démarchage d’entreprise en personne, comme si vous veniez pour un entretien. Donc cela se traduit par une tenue soignée (j’y reviendrais), et par l’absence du port du jogging ou du mâchement d’un chewing-gum (cela peut vous paraître idiot, mais si je le mentionne, c’est que j’ai été trop souvent témoin de ce genre de présentation).

Au secrétariat, demandez à voir le responsable des ressources humaines. Ne vous contentez pas de demander si l’entreprise recrute, ou de déposer un CV: montrez d’emblée que vous voulez démontrer votre motivation à qui de droit. Si l’on vous répond que le responsable est occupé, demandez quand vous pouvez repasser, ou si vous pouvez prendre rendez-vous. Les employés d’une même entreprise parlent entres eux, si vous impressionnez par votre insistance, cela peut vous faire gagner quelques points.

Si l’on vous répond que l’entreprise ne recrute pas, laissez un CV, en demandant si vous pouvez rappeler dans un ou deux mois (cette fois ci, vous pourrez utiliser le téléphone). Soyez sur qu’on se rappellera de vous quand vous reprendrez contact: trop souvent, les candidats se contentent de déposer un CV qui fini au mieux au milieu d’une pile de candidatures, au pire au fond d’une corbeille à papier.

,

2- Soignez les apparences!

 

Beaucoup pensent que seul compte le discours dans une présentation. Nos compétences et nos arguments seraient suffisants pour faire cette fameuse première « bonne impression ». Malheureusement, cela ne fonctionne pas comme cela: plus de 80% de notre communication est non-verbale, et vous vous doutez bien que pour certains recruteurs, ce taux peut très vite monter jusqu’à 100%! Il n’est pas rare qu’un avis soit fait dans les 30 secondes qui suivent l’entrée du candidat dans la pièce où se déroule l’entretien, et certains éléments, qui sont propres à ce que nous appelons la communication « supra-verbale »( les éléments conscients que nous utilisons dans notre apparence, comme un style de coiffure, une couleur de vêtement ou un objet de marque), peuvent jouer en votre faveur ou défaveur.

Il faut donc la plupart du temps viser la sobriété: évitez le tape à l’œil ou le laxisme vestimentaire. On doit sentir que vous n’en faites pas trop, mais quand même un minimum, que vous prenez soin de vous. Ne vous aspergez pas de parfum à outrance, ces signes subliminaux peuvent, tout comme dans un rendez-vous amoureux, jouer en votre défaveur. Ayez des vêtements à votre taille, ne cherchez pas à impressionner par votre tenue vestimentaire: restez simple, vous devez être à l’aise.

Dernière chose: le CV et la lettre de motivation sont une des facettes de votre présentation. Soignez-les, il existe beaucoup de site internet vous donnant des conseils quant à leurs rédactions. De préférence, privilégiez la lettre de motivation manuscrite, non pas pour répondre à cette demande d’études graphologiques (je suis pour ma part contre, mais c’est malheureusement une mode parmi certains recruteurs), mais plus pour montrer l’implication à vouloir un entretien, au lieu de votre facilité à appuyer sur le bouton « Marche » d’une photocopieuse.

,

3- Travaillez votre confiance en vous!

 

Décrocher un emploi, c’est une forme de séduction: le recruteur cherche en vous les qualités qui feront de vous un partenaire idéal pour le bien-être de l’entreprise. Qui aurait envie d’embaucher quelqu’un manquant de confiance en soi? Prenez le problème à l’envers: quel partenaire aurait envie d’avoir dans son couple quelqu’un qui se plaint, ou qui ne montre aucune initiative, aucun courage, ou aucune ambition?

C’est en effet facile de dire qu’il faut avoir confiance en soi, c’est autre chose de l’appliquer, mais une chose est sure: mimer la confiance en soi apporte de mauvais résultats. Vous mentez d’une certaines manière au recruteur, et surtout, cela peut passer pour de l’arrogance. Dans tout les cas, vous êtes perdant!

Il faut donc travailler cette confiance en soi, chose peu aisée quand on cherche un emploi depuis longtemps. Il faut se concentrer sur son sens de l’optimisme, sa motivation, son énergie. Bref, tous les éléments qui vous feront rayonner lors d’un entretien, et qui vous feront sortir du lot!

,

4- Montrez vous détendu!

 

Les recruteurs qui ne sont pas formés (ou mal formés) à la communication non-verbale éliminent souvent les candidats qui montrent du stress durant leur entretien. Pourquoi? L’une des raisons est qu’on ne sait pas forcément d’où peut venir ce stress: le candidat est-il impressionné par l’entretien, ou bien cherche-t-il à me cacher quelque chose?

Tout comme la confiance en soi, le stress demande un gros travail sur soi-même. Il faut alors apprendre à désacraliser l’entretien. Certes, il est important car une grande partie de votre vie professionnelle peut se jouer ici, mais gardez à l’esprit que le stress ne vous est pas utile.

Quelques conseils pour évacuer le stress: faire du sport la veille ou le matin de l’entretien, avoir une activité de détente bien avant pour être dans un état d’esprit agréable, relativiser sa prestation (ne pas voir que le négatif de la situation), se baigner dans une atmosphère apaisante et optimiste…

,

5- Soyez aimable en toutes circonstances

 

Vous avez eu votre rendez-vous pour votre entretien, vous êtes extrêmement concentré. Tellement que vous n’accordez plus d’importances à certaines choses qui vous entourent… Comme saluer convenablement la secrétaire qui doit vous annoncer, ou bien s’excuser d’avoir malencontreusement bousculer l’homme sur le parking, qui se trouvera être votre recruteur.

Cela vous fait peut-être sourire, mais j’ai souvenir d’un entretien cauchemardesque que l’on m’avait raconté il y a quelques années de cela: un homme, au demeurant agréable, avait un entretien à passer, il était très en retard. Alors qu’il est dans sa voiture, arrêté à un stop, un homme traverse devant lui, apparemment aussi pressé. L’automobiliste, de colère, le klaxonne et balance à travers sa vitre quelques noms d’oiseaux, avant de se garer quelques mètres plus loin sur le parking de l’entreprise où il souhaitait postuler.

Ce monsieur a eu un entretien très court avec l’équipe de recrutement: l’un d’eux était le piéton, qui n’apprécia pas trop la colère dont il fut l’objet. On lui précisa qu’on ne recherchait pas de personnes « dans son genre »… alors que bien entendu, il avait toutes les qualités requises!

Donc méfiez-vous de votre comportement: votre entretien ne se joue pas forcement que dans le bureau du recruteur! N’oubliez donc pas les bases de la politesse, saluez tout le monde, montrez-vous ouvert. Et dernier détail: arrivez à l’heure!

,

6- Ne vous focalisez pas sur votre gestuelle

 

Pour écrire cet article, par acquis de conscience, j’ai fait une petite recherche google sur les gestes que l’on ne doit pas faire en entretien. Et comme je m’y attendais, plus de la moitié de ces gestes sont faux, les autres sont approximatifs. Mais surtout, il vous empêche d’être spontané, car en étant concentré sur votre gestuelle, vous n’êtes plus à l’écoute du recruteur, et vous maîtrisez moins bien votre discours. Et vous aurez surtout l’air d’être droit comme un i, ne sachant pas quoi faire de vos bras ou de vos jambes.

Jugez plutôt: il est déconseillé de croiser les bras ou les jambes, car ce sont des signes de fermeture. Je vous le dis, cela est faux. On ne peut pas dire, à partir de ce seul item qu’une personne est fermée. Vous même, quand vous êtes attentif à quelque chose, il vous arrive de croiser les bras, cela ne fait pas de vous quelqu’un de peu réceptif. Je parle d’ailleurs de cela dans mon guide gratuit.

Le recruteur sera bien plus attentif à ces éléments non-verbaux que vous chercherez à contrôler. Si vous ne vous focalisez pas sur votre gestuelle, il n’y a aucune raison que votre interlocuteur s’y intéresse aussi.

,

7- Travaillez votre discours

 

Mais sachez éviter l’écueil de la récitation. N’apprenez pas par cœur un laïus sur vos motivations, votre discours aura bien plus d’impact si vous l’avez préparé, et non pas appris. Faites confiance à votre capacité d’improvisation, ne cherchez pas à tout contrôler: la plupart des recruteurs ne cherchent pas à vous piéger, ils veulent savoir en quoi vous seriez indispensable pour l’entreprise. C’est tout l’objet de votre argumentation.

Faites donc un petit travail de recherche sur l’entreprise qui vous intéresse: ses forces, ses faiblesses, sa productivité, sa communication, et en fonction de votre spécialité, discutez-en avec le recruteur (en évitant de passer pour un monsieur je-sais-tout). Précisez-lui en quoi l’entreprise vous intéresse, en quoi le poste vous motive. Répondez avec honnêteté aux questions. Si vous ne savez pas répondre à une interrogation, n’ayez aucune honte à l’avouer: il vaut mieux montrer votre ignorance que de vous embourber dans une mauvaise réponse. L’humilité est toujours payante.

Préparez-vous à certaines questions types: quelles sont vos qualités/défauts, pourquoi vous et pas un autre, etc… Ne cherchez pas la réponse parfaite, mais votre réponse à vous. Il n’y a rien de plus redondant pour un recruteur de voir un énième candidat ressortir la même réponse formatée que le précédent.

,

8- Créez le lien

 

L’homme ou la femme qui va vous faire passer l’entretien n’est pas un juge suprême, même s’il a un gros pouvoir décisionnaire sur votre embauche. J’entends par là que c’est une personne comme les autres, qui a une famille, ses émotions, ses problèmes tout autant que vous. Et que vous pourrez être amené à revoir cette personne si vous êtes engagé.

Ne jouez donc pas une comédie, ne portez pas le masque du « candidat modèle »: on doit vous recruter pour vos compétences, mais aussi pour votre capacité à être sorti du lot, à avoir prouvé votre valeur. C’est une chose que vous pouvez montrer en vous montrant sympathique, spontané, optimiste, mais aussi en montrant une certaine audace.

Vous devez laissez une excellente impression aussi bien en tant que futur employé, mais aussi en tant que personne de qualité.

En cela, n’hésitez pas à montrer votre opinion: évitez de tout acquiescer. Si vous êtes en désaccord sur un point, soulignez-le avec tact: cela montre votre engagement, votre indépendance, mais aussi votre maitrise et votre bonne communication.

,

9- Sachez ce que veut le recruteur

 

Selon une enquête menée auprès de chefs d’entreprises américains, plus de la moitié de leurs employés manquent de motivation pour apprendre ou s’améliorer. 40% seraient incapable de coopérer entres eux. Toujours selon cette même étude, 19% des postulants pour un premier travail montre assez d’autodiscipline dans leur vie professionnelle.

J’ai demandé il y a quelques jours à la chef d’une PME ce qu’elle recherchait dans ses recrutements:

« Je ne me focalise pas forcément sur le CV, il me sert surtout à savoir si la personne a eu une expérience en entreprise. Je cherche bien entendu la compétence, mais surtout la bonne mise en place de ces acquis. Cela passe par une bonne entente avec la hiérarchie, mais aussi avec les collègues. Je veux savoir que je suis avec une personne de valeur et de confiance. »

Vous voyez où je veux en venir? La tendance est à l’humain. Montrez-vous sous votre meilleur jour, sans travestissement.

,

10- Sachez rebondir

 

L’exemple par l’image, tiré d’un film bien connu (et tiré d’une histoire vraie) avec Will Smith, qui illustre mon propos.

Bien que partant grandement désavantagé au début de son entretien, le candidat a réussi à renverser la tendance, grâce aux notions que j’ai cité auparavant:

– Il a été honnête et spontané

– Il n’a pas contrôlé sa gestuelle

– Il a joué la carte de l’humain et de ses faiblesses

– Il a montré sa force et sa faculté d’adaptation

– Il est devenu sympathique

– Il leur a laissé un souvenir impérissable par son audace

Ai-je besoin de spécifier qu’il a eu le poste?

Cela correspond aux attentes des recruteurs: ne pas s’avouer vaincu, montrer ses facultés d’adaptation.

N’allez pas pour autant vous présenter aux entretiens d’embauches dans cette tenue!

 

NB: Dans un prochain article, je m’intéresserais cette fois-ci aux recruteurs: je vous donnerais des conseils pour améliorer vos sélections et être assuré de faire le meilleur choix!

Laisser un commentaire